PROFESSIONNELS DU MONDE CANIN : COMMENT LES CHOISIR ? COMMENT LE DEVENIR ?

Cynologiste, éthologue, éducateur canin, comportementaliste, dresseur, promeneur, pet sitter, pensionneur… On s’y perd un peu non ?

Qui choisir, comment savoir qui sera compétent, qui aura les connaissances nécessaires, qui traitera bien et respectera votre chien, aussi bien mentalement que physiquement ?

Beaucoup de termes, peu de diplômes, encore moins qui sont reconnus, et malgré tout la reconnaissance n’est pas une garantie de bienveillance ni de compétence. Je vais donc essayer de vous aider à mieux comprendre tous ces termes, et ce qu’ils impliquent. Vous allez voir qu’on peut devenir un professionnel du monde canin après seulement 14h  de formation comme après 1200h…


ÉDUCATEUR CANIN

BUT : faire ce qu’il estime nécessaire pour que le chien se comporte bien. C’est vague me direz-vous ! Selon les personnes, les chiens, l’environnement, des choses nécessaires sont différentes.

MOYENS UTILISÉS : Chacun a une vision différente de l’éducation, en fonction de son vécu et de sa formation. Ainsi, certains vous proposeront par exemple :

  • de dominer votre chien pour être respecté,
  • de lui mettre un collier étrangleur ou électrique pour qu’il obéisse à vos ordres,
  • de le guider et l’accompagner pour qu’il se comporte bien,
  • d’utiliser un clicker pour le conditionner à faire les choses par automatisme,
  • de lui apprendre assis / couché / pas bougé / au panier,
  • d’apprendre à respecter ses besoins en termes d’occupation, de dépense, de liberté,
  • de ne jamais lui laisser le choix parce qu’un chien doit obéir,
  • de le laisser prendre des décisions et avoir le choix,
  • d’utiliser des friandises constamment,
  • de lui demander les choses et pas de les exiger,
  • de grogner sur lui (ou même cracher sur lui, ou pire uriner sur lui, oui ça existe !),
  • de lui apprendre à avoir confiance en lui, en vous, et en l’autre,
  • de le comprendre pour adapter vos actions et réactions,
  • d’utiliser des voix très aigues pour le féliciter et de l’exciter,
  • de ne jamais lui demander de ne pas faire quelque chose mais plutôt de l’ignorer,
  • d’hurler sur lui quand il fait quelque chose que vous ne voulez pas,
  • de vous éduquer pour bien communiquer avec votre chien afin qu’il vous comprenne.

Vous l’aurez compris, difficile de savoir qui choisir. Selon les avis, tous ont des méthodes qui fonctionnent (méthode naturelle, coercitive, positive, bienveillante…). Pour autant, elles ne sont pas forcément toutes bonnes pour nos chiens, et peuvent avoir de graves répercussions sur leur santé. Mon meilleur conseil pour choisir quel éducateur vous convient est de réfléchir à ce que vous souhaitez pour votre chien. Préférez-vous :

  • qu’il obéisse à vos ordres ou qu’il écoute vos demandes ?
  • ne pas le respecter physiquement et mentalement, ou faire attention à lui ?
  • qu’il vous fasse confiance ou vous craigne ?
  • qu’il devienne intelligent ou idiot ?
  • qu’il soit constamment stressé, malheureux, ou détendu et heureux ?
  • qu’il soit libre et attaché à vous, ou attaché à une laisse mais détaché de vous ?
  • excité sans conscience de soi ou des autres, courant frénétiquement après tout, ou calme et apaisé capable de s’adapter ?

En répondant à ces questions, vous serez à même de chercher un éducateur qui correspond réellement à vos attentes. N’hésitez pas à lui demander comment il fonctionne si les informations disponibles sur leurs sites ne vous suffisent pas.

Maintenant, vous vous demandez surement qu’est ce qui fait que l’on choisit plutôt de respecter ou pas un chien / une méthode plutôt qu’une autre ? La réponse tient en plusieurs points. Tout d’abord, en fonction de sa formation, qui peut être très différente.

DIPLÔME NÉCESSAIRE : La seule obligation pour devenir éducateur canin déclaré (certains ne le sont pas, attention donc à vérifier qu’ils disposent au moins d’un numéro de SIRET) c’est d’être titulaire du certificat de capacité des animaux de compagnie d’espèces domestiques. Si vous allez dans une structure composée de plusieurs membres, chaque membre n’a pas l’obligation de le détenir. Il suffit qu’un seul d’entre eux l’ait obtenu pour exercer en toute légalité. Le certificat de capacité peut s’obtenir en passant simplement une épreuve après une formation de 14h. C’est un QCM de 30 questions, 18 bonnes réponses sont nécessaires pour obtenir le certificat. Vous l’aurez compris, devenir éducateur canin est extrêmement facile, demande très peu de connaissances et d’expérience. Bref, tout le monde peut l’être (trop) facilement !

Heureusement, d’autres formations existent pour acquérir plus de connaissances.

La formation à distance : très discutable, cette formation est accessible par correspondance, alors qu’il est nécessaire d’observer les chiens, leur comportement, leurs interactions pour réussir à les comprendre. Comment peut-on faire ça sur du papier ? De plus, certaines informations ne sont pas du tout actualisées, et quelques organismes parlent encore de dominer son chien ou le dresser pour l’éduquer. Si le professionnel que vous choisissez a suivi cette formation, assurez-vous qu’il ait aussi plusieurs stages de longue durée avec des professionnels compétents pour avoir toutes les cartes en main afin d’éduquer votre chien.

La formation courte : certains éducateurs proposent des stages pour devenir professionnel du monde canin. La valeur de ces stages est liée au formateur. Imaginons qu’une personne avec un certificat de capacité, peu d’expérience ou des connaissances pas du tout à jour forme des éducateurs, forcément ça ne sera probablement pas un bon éducateur. Le problème réside aussi dans la durée de ces formations, ça n’est pas en une semaine qu’on apprend un métier, ou à comprendre les chiens. Je pense cependant que ce genre de formation est nécessaire pour tous les professionnels déjà installés ! Se remettre en question, voir différentes choses, en apprendre toujours plus, c’est primordial dans le monde canin. Nous n’avons pas encore tout compris de nos chiens j’en suis sure, et il est nécessaire de chercher à mieux les comprendre constamment.

La formation longue : le Brevet Professionnel Éducateur canin est le seul diplôme reconnu par l’état, même s’il n’est pas obligatoire pour devenir éducateur canin. Une bonne voie pour commencer ! Il dure 10 mois avec des stages, ou 2 ans en alternance. Ce diplôme est un gage de motivation, mais pas forcément de qualité. Par l’exemple, j’ai récemment croisé un éducateur canin en balade. Nous voyant arriver il sort sa laisse enrouleur pour rattacher son chien, au lieu de demander si nos chiens peuvent se rencontrer, ou de faire demi-tour s’il estime que la rencontre ne sera pas bonne pour son chien. Rattacher son chien pour le faire rencontrer un groupe de chien libre est la pire idée (comme d’utiliser une laisse à enrouleur), sauf si on veut le rendre réactif. En parlant, il m’explique qu’il vient d’obtenir son BP Éducateur canin. Vous l’aurez compris, le diplôme n’est pas ce qui nous indique la vision de l’éducation ou son expérience en comportement canin, et dépend aussi énormément du formateur principal de la formation, des stages effectués, et de l’élève.

En résumé, quand vous choisissez votre éducateur canin, je vous invite à :

  • Regardez les avis de ses clients (Google, Facebook…),
  • Visiter son site et ses réseaux sociaux, pour mieux comprendre sa vision de l’éducation et les services qu’il propose (fuyez les dresseurs, les colliers électriques, étrangleurs, ceux qui hurlent constamment, qui traumatisent les chiens pour qu’ils obéissent si vous voulez un chien bien dans ses pattes),
  • Voir quels ont été ses formations et expériences: certificat de capacité , formation à distance, brevet professionnel ? Si oui stages en plus ? Avec quels formateurs ? Expériences variées (refuges / éducateurs canins, comportementalistes, éthologues, vétérinaires …) ?
  • Faites-vous votre propre avis ! Un professionnel peut ne pas vous convenir, si quelque chose vous gêne n’hésitez pas à changer. On se dit souvent qu’un professionnel sait ce qu’il fait, qu’on doit lui faire confiance, je vous conseille plutôt d’évaluer les conseils qu’il vous donne.

COMPORTEMENTALISTE

On le voit partout, parce ce type de professionnel est de plus en plus recherché. C’est logique car il est impératif de comprendre le comportement des chiens, de savoir le décrypter, et de faire le lien avec celui de l’humain qui s’en occupe pour envisager une évolution. Il faut aussi s’adapter à la relation entre le chien et l’humain et leur environnement, qui sont toujours différents ! Comment peut-on régler un problème de comportement, si on n’est incapable de comprendre, connaitre les cause, symptômes, et conséquences ? Ça serait comme soigner une personne avec une maladie grave à coups d’antidouleurs ! On tenterait de soigner la douleur sans en régler la cause, il serait donc impossible d’évoluer réellement.

BUT : grâce à des connaissances en comportement canin et en psychologie, vous aider à rétablir une relation harmonieuse en respectant le bien être humain et canin.

MOYENS UTILISÉS : Il est nécessaire de voir interagir le binôme humain – chien, de mieux connaitre ses habitudes et son environnement, les séances à domiciles sont donc recommandées, ainsi qu’une balade en extérieur. Après avoir étudié la communication et le comportement, le comportementaliste sera en mesure de mieux comprendre la situation et les causes des éventuels problèmes. Il pourra ainsi vous apporter les conseils pour changer, mieux communiquer avec votre chien, mieux respecter ses besoins, pour que votre chien évolue aussi.

DIPLÔME NÉCESSAIRE : Malheureusement, ce terme peut être utilisé sans réelle compétence ou connaissance. Du brevet professionnel d’éducateur canin, au certificat de capacité, ou au diplôme absolument pas reconnu (plus ou moins sérieux selon les écoles) jusqu’à un module passé en école vétérinaire (avec le doctorat), tout cela permet de devenir comportementaliste. Une fois de plus, ça n’est donc pas un gage d’expérience ou de connaissances, même chez les vétérinaires. J’ai rencontré des vétérinaires qui éduquent le chien à grand coups de saccades au collier pour que ce dernier ne passe pas les portes en premier, et qui pensent encore qu’un chien ça se domine. Je pense que le meilleur comportementaliste sera celui qui a pu étudier le comportement canin sans entraves (laisses, chenils, pièces closes…). Quoi de mieux pour apprendre que de voir des chiens communiquer librement, ensemble ?

Mais ça n’est pas suffisant, car le chien est avant tout devenu ce qu’il est grâce (ou à cause) à l’intervention humaine. Il faut donc comprendre l’humain, savoir ce qu’il recherche dans sa relation avec un animal, connaître ses besoins et ses problèmes, pour pouvoir faire évoluer son point de vue. Il faut pouvoir analyser tout cela en assez peu de temps, car finalement un rendez-vous ça passe très vite ! Enfin avec toutes ces informations, le comportementaliste sera à même de vous expliquer pourquoi vous et votre chien en êtes là, et comment évoluer ensemble. Cela nécessite des connaissances en psychologie, mais aussi de l’expérience. Tous les professionnels évoluent au fil de leurs rencontres et expériences ! Je pense qu’il est donc impératif d’avoir pu suivre un autre comportementaliste pour appréhender réellement ce métier, et devenir à son tour un bon comportementaliste. L’idéal étant d’avoir suivi une formation pour acquérir des connaissances en psychologie.

Finalement, je pense qu’être éducateur canin et être comportementaliste est indissociable, et qu’il est nécessaire de faire le même type de recherche pour trouver le bon professionnel qui vous aidera réellement.


CYNOLOGISTE

BUT : La cynologie c’est simplement l’étude du chien et la connaissance du chien, de manière non scientifique. Cela revient à observer les chiens, sans étude statistique. Le cynologiste est le terme qui regroupe les métiers d’éducateur canin et de comportementaliste. Autrement dit, c’est celui qui va prendre en compte l’ensemble des facteurs qui ont des conséquences sur le chien, les modifier si nécessaire, pour l’aider à bien se comporter et à être à l’aise. Par exemple, le cynologiste ne va pas apprendre au chien à s’assoir quand un vélo passe, mais plutôt à ne pas lui courir après, sans avoir à lui demander de s’assoir.

DIPLÔME NÉCESSAIRE : Ce terme n’est pas encore reconnu, et n’est employé que depuis peu par les professionnels du monde canin en France. La formation nécessaire est la même que celle des comportementalistes et éducateurs canins.


DRESSEUR

BUT : Beaucoup de personnes contactent un professionnel pour demander de « dresser son chien ». A mon sens, aucun chien de compagnie n’a besoin de dressage. En effet, c’est surtout nécessaire aux chiens de travail ou pour les sports canins. Le dresseur apprend uniquement des ordres au chien, sans prendre en compte ses besoins, son état émotionnel, la nécessité de ces apprentissages et ses conséquences. Le but final étant d’exercer une discipline, pour les loisirs ou le travail. On peut dresser un chien au troupeau, à la garde, à la chasse, à la détection, au ring, à apprendre des positions, au sauvetage, à la recherche d’objet ou de personne, pour le travail… Pour le travail, des races avec des aptitudes spécifiques ont été sélectionnés, et répondront plus facilement aux exigences que la discipline demande (par exemple le border pour le troupeau et le malinois pour la défense). On peut aussi dresser un chien pour les sports canins, les représentations : agility, obé rythmée, canicross, pistage…

MOYENS UTILISÉS : Pour apprendre à un chien un métier, il y a deux solutions :

  • Utiliser diverses punitions, afin qu’il ne produise pas les comportements que l’on ne peut accepter, d’aller vite, de le faire obéir vite, et ce sans prendre en compte son état émotionnel,
  • Utiliser des récompenses, en conditionnant le chien pour le rendre utile, sans forcément prendre en compte l’utilité et les conséquences de ces apprentissages dans la vie quotidienne.

Avant de vous lancer dans ces activités, demandez-vous si elles seront bonnes pour votre chien (même pour ceux ayant été « créés » pour ça !). Ensuite, cherchez à offrir à votre chien la possibilité d’apprendre à son rythme, en le respectant, et en lui offrant en plus du travail des balades quotidiennes en liberté. Laissez-le être un chien, même si vous l’avez choisi avant tout pour son utilité. Voyez ça comme un échange de service : un travail en échange d’une belle vraie vie de chien, plutôt qu’une vie de servitude ! Le dressage pose des questions éthiques, que ce soit en positif ou non. Il est important de réfléchir à ce que vous souhaitez pour votre compagnon avant de débuter toute forme de dressage. Et surtout n’oubliez pas que ça n’est pas parce quelque chose est apprise de manière positive à un chien que c’est forcément bon pour lui !

DIPLÔME NÉCESSAIRE : Seuls les chiens guide d’aveugle sont formés par des professionnels disposant d’un diplôme d’Etat. Pour les autres types de dressage (le cinéma, la chasse, le troupeau) l’apprentissage se fait de manière autonome. Souvent, les dresseurs ont appris seuls ou grâce aux conseils de confrères, de proches. Il n’y a pas de formation ou de diplôme reconnu par l’Etat  permettant de devenir dresseur, le certificat de capacité suffit (comme pour les éducateurs canins). Dans les clubs canins associatifs, les dresseurs sont formés par la société centrale canine (au minimum la formation est de 48h). Ils ne sont pas tous professionnels, ce sont souvent des bénévoles. Pour ce métier aussi, difficile de savoir si on choisit la bonne personne ! Attention à ne pas accepter tout ce que pourra faire le dresseur à votre chien, refusez la maltraitance, qui existe encore beaucoup trop même chez les professionnels, tout comme dans l’éducation.


ETHOLOGUE

BUT : L’éthologue est une personne qui étudie de manière scientifique (à la différence du cynologiste) le comportement des êtres vivants. Il peut être spécialisé dans le comportement canin, équin ou même humain. Son but est de mettre en place un protocole, pour pouvoir étudier le comportement, et en ressortir des données statistiques. Celles-ci permettent d’avancer sur nos connaissances de l’animal grâce à des observations et non des théories.

MOYENS UTILISÉS : Par exemple, un éthologue peut se documenter sur la théorie de la dominance, pour chercher à savoir si c’est une théorie valable de manière scientifique. Il va donc choisir un environnement bien précis qui ne changera pas pour toute l’étude, pour ne pas altérer les résultats. Il va ensuite choisir un groupe de sujets, observer et lister leurs comportements. Cela lui permettra d’en ressortir des statistiques, et pouvoir prouver qu’il n’y a pas un chien dominant, mais que c’est bien plus compliqué et intéressant que ça.

DIPLÔME NÉCESSAIRE : du Master au Doctorat, un post doctorat peut même être demandé. Les éthologues peuvent intervenir au cours des formations d’éducateurs canin, de refuges… certains proposent aussi des services pour aider les particuliers avec leur chien !


PROMENEUR

BUT : sortir votre chien si vous n’avez pas suffisamment de temps pour le faire. Je ne le dirai jamais assez, tout chien adulte a besoin d’une heure de promenade en liberté (ou en longe) chaque jour, pour son bien-être et son équilibre !

MOYENS UTILISÉS : Tout dépend du promeneur, certains utilisent des laisses, colliers électriques, étrangleurs, ou des longes (ou rien !). Un bon promeneur, est un promeneur qui connait leurs comportements et respectent les besoins des chiens. Ainsi il pourra s’adapter à chacun, à chaque problématique. La promenade doit être un moment de détente pour votre chien si vous voulez qu’elle lui soit favorable. Cela peut lui permettre d’apprendre à rencontrer d’autres chiens et à communiquer avec eux.  Si vous choisissez un promeneur qui passe son temps à exciter votre chien, à lui lancer des balles, ou qui lui met des saccade au collier, utilise un collier étrangleur ou électrique, le balade en laisse courte sans pouvoir réellement bouger ou communiquer, ça ne lui servira absolument pas… Il ne finira ni détendu, ni plus à l’aise, mais plutôt anxieux, mal à l’aise. Il faut donc bien le choisir, il ne s’agit pas « que » d’une promenade, mais d’un moment d’apprentissage de bonnes ou de mauvaises choses.

DIPLÔME NÉCESSAIRE : Comme vous vous en doutez, aimer les chiens ou en avoir eu toute sa vie ne signifie pas tous les comprendre ou tous les respecter. Il n’existe cependant pas de diplôme de promeneur. Les personnes proposant ce service peuvent être des particuliers qui cherchent à augmenter leur salaire, des étudiants… A l’inverse, certains promeneurs disposent un diplôme le d’éducateur canin. On trouve de tout sur les sites regroupant les professionnels canins. Lorsque l’on exerce une activité en lien avec les animaux de compagnie, le certificat de capacité est pourtant censé être le minimum obligatoire.

Avant de confier votre chien à un promeneur, je vous recommande de vérifier la même chose que pour un éducateur canin. Vous pouvez également voir si votre chien prend vite confiance en cette personne, pour que les promenades ne soient pas stressantes pour lui. Il est important qu’il ne veuille pas fuir la personne qui va le promener !


DOG SITTEUR / PENSIONNEUR

BUT : Garder votre chien en votre absence. Le dog sitter peut passer à votre domicile pour nourrir votre chien et le sortir, ou le prendre chez lui.

MOYENS UTILISÉS : Cette activité, comme toutes celles liées à nos chiens, est réglementée. Légalement, aucun particulier sans assurance ni locaux ni formation adaptés n’est en droit de l’exercer. Avoir des locaux adaptés, permet de ne pas mettre en danger votre chien qui arrive dans un environnement inconnu, et qui ne se comportera peut être pas comme chez vous. De plus, cela permet de pouvoir le nettoyer facilement. Un chiot ou un chien âgé ne sera forcément pas aussi propre que l’exigerait un parquet par exemple. Cela évite aussi une éventuelle propagation de maladie. Enfin, en appartement les aboiements d’un chien qui se retrouverait mal à l’aise dans ce nouvel endroit ne peuvent pas être aussi facilement acceptés qu’il le faudrait. Ainsi la patience du pet sitter et sa cohérence pourrait être mises à mal. Il pourrait avoir recours à des moyens irrespectueux pour faire cesser les comportements indésirables. Les connaissances en comportement canin sont une fois de plus de rigueur. Un bon dog sitter proposera au moins une balade par jour à votre chien, pas en laisse mais en longe ou en liberté pour réellement le dépenser et le respecter. A ce moment-là, il y aura surement des rencontres et des imprévus auxquels il devra faire face. Pour cela, il est important qu’il comprenne la communication canine et les réactions de votre chien. De plus, il devra toujours voir si le chien se porte bien, ou s’il a un souci de santé, et intervenir en conséquence. Il devra aussi être capable de voir si une situation pose problème au chien et l’aider à s’en sortir. Par exemple, je ne pense pas qu’un chien mal à l’aise avec les chiens ait besoin d’être avec un groupe de chiens excités et joueurs, qui ne respectent pas son besoin d’espace, sans intervention humaine. Il n’en ressortirait probablement pas de bons apprentissages ou expériences.

DIPLÔME NÉCESSAIRE : le certificat de capacité est encore (et presque toujours !) le minimum requis légalement. Beaucoup d’éducateurs canins proposent ce service. Un particulier ne dispose généralement pas de diplôme ou d’assurance, attention donc à qui vous confiez votre chien… De nombreuses mauvaises histoires sont régulièrement rapportées, surtout l’été, et que ce soit avec des professionnels ou non. Attention aux chenils, qui sont rarement adaptés à nos animaux de compagnie, n’ayant pas du tout l’habitude d’y vivre. Il n’est pas rare que les chiens sensibles refusent même de se nourrir dans ce type d’environnement. Le plus important est de confier votre chien à une personne de confiance, avec suffisamment de connaissances, qui aura un environnement adapté à lui.


QU’EST-CE QU’ON EN CONCLUT ?

Je vous recommande de choisir des professionnels, en premier lieu pour une question d’assurance. La responsabilité civile professionnelle est obligatoire pour tous ces métiers ! S’il arrive un problème, selon la loi c’est la personne qui le garde qui en est responsable, si son propriétaire est absent. De plus, il est important qu’il ait les connaissances nécessaires pour agir tout de suite, ainsi que les moyens pour agir. L’assurance ne règlera pas les éventuels frais de santé de votre chien (qui sont à votre charge ou non en fonction de leur cause), mais les conséquences des actions de votre chien. Ainsi, en pension ou en balade sans vous, si votre compagnon porte atteinte à autrui ou à des biens autres que celui du professionnel, ce dernier en sera responsable. Les chiens sont des êtres vivants, qui peuvent réagir différemment selon leur environnement et les réactions humaines, cette assurance est donc primordiale.

En ce qui concerne les tarifs, j’ai récemment vu des « éducateurs comportementalistes dresseurs » proposer leurs services pour une dizaine d’euros. Une formation coûte cher, vivre de ce métier est parfois difficile, et bien le faire également. Un tarif si faible est, à mon sens, une raison de s’inquiéter. D’ailleurs je ne me suis pas trompée en voyant ceci, car cette personne, par exemple, étrangle les chiens en les suspendant au collier quand ils n’obéissent pas (entre autres…), et ne dispose d’aucun diplôme, n’est pas déclarée, et débute seulement ses cours par correspondance pour devenir éducateur canin… Prendre un chien a un coût, son éducation aussi. Il peut être utile de prévoir un budget éducation lorsqu’on adopte. Vous pouvez tout de même comparer les tarifs de plusieurs éducateurs, pour ne pas vous faire avoir, mais ne basez pas uniquement votre choix là dessus !

Pour le reste, vous aurez remarqué que monde du chien baigne dans un flou relatif au niveau légal. Du plus diplômé et expérimenté au plus novice, tous sont à la même enseigne. En outre, les lois ne sont pas toujours respectées, et beaucoup de pseudos professionnels ou de particuliers pratiquent ces métiers, sans avoir les connaissances, l’expérience, l’assurance ou les diplômes nécessaires. Attention à ne pas écouter tout ce qu’on vous dit, car chaque jour je vois tout le monde donner des conseils sur l’éducation, il y a de très bonnes choses mais aussi de très mauvaises… Ça n’est pas parce que des professionnels ou des particuliers ont réussi à bien éduquer un chien / un humain avec telle méthode, qu’ils sauront éduquer un autre binôme avec cette méthode! Des particuliers peuvent avoir de bonnes connaissances, et s’intéresser de près au comportement canin, aux dernières avancées sur les connaissances canines, sans pour autant avoir assez de recul. Des personnes professionnelles peuvent vous donner de mauvais conseils, et vous faire perdre foi en vous, en votre chien, ou en tous les professionnels…

Voilà pourquoi cet article me tenait à cœur. J’espère vous avoir aidé à mieux comprendre qu’un bon professionnel du monde canin est avant tout quelqu’un qui se remet en question, qui souhaite respecter le bien être des chiens, aider les humains. Il doit chercher à évoluer au fil des avancées sur le comportement canin, sans rester bloqué sur des concepts erronés qu’on a pu lui enseigner. La formation n’est pas forcément un gage de compétences, et les expériences pendant et après sont importantes. Quand on confie son chien pour être promené, gardé, ou qu’on cherche des conseils éducatifs, il est impératif que l’expérience ne soit pas mauvaise pour lui. Cela pourrait lui faire perdre confiance en lui, en l’humain, en ses congénères… Ne choisissez pas au hasard, étudiez bien la question !

Vous souhaitez contacter un professionnel compétent, de confiance ? Nous pouvons surement vous recommander quelqu’un, pour cela cliquez ici !

PROFESSIONNELS DU MONDE CANIN : COMMENT LES CHOISIR ? COMMENT LE DEVENIR ?
Facebook
Instagram